"Sandra Mekam, préparation du stage à New-York" | ANECS

"Sandra Mekam, préparation du stage à New-York"

Sandra Mekam, préparation du stage à New York

Données Partagées vous propose sous forme de feuilleton de découvrir le parcours d’un expert-comptable stagiaire qui

fait le choix de l’international avec Sandra Mekam. Pourquoi ? Comment ? Et dans quel contexte ?

Le premier épisode dans ce numéro !

Bonjour Sandra, pourriez-vous vous présenter ?

 

Sandra Mekam : Bonjour, je m’appelle Sandra Mekam Kamto, j’ai 26 ans et je suis d’origine camerounaise.

Je me décrirais comme une jeune femme dynamique, aimant le contact humain et surtout voyager et rencontrer de nouvelles personnes et cultures.

J’ai réalisé tout mon cursus universitaire à Paris : une licence en gestion et finance d’entreprise à Paris I Panthéon-Sorbonne puis un master Contrôle Comptabilité Audit en apprentissage à Paris V Descartes.

Je travaille actuellement au sein du département ”Audit financier et Transaction services” d’un beau cabinet parisien, le cabinet Dba, membre du groupe HLB international.

 

Pourriez-vous nous parler de votre stage et des raisons qui vous ont motivée à partir pour New-York ?

 

Je termine une première année de stage d’expertise-comptable et commissariat aux comptes qui s’est bien déroulée dans l’ensemble. J’ai eu la chance d’intégrer un groupe de stagiaires avec des profils professionnels très variés et avec une bonne cohésion.

J’ai également eu l’opportunité d’intervenir sur des missions variées tout au long de cette première année de stage.

En effet, j’ai pu réaliser des missions de commissariat aux comptes, des missions d’évaluation d’entreprise et quelques missions d’expertise comptable et de conseils pour des groupes cotés comme par exemple des missions de compilation, de production d’état financiers, ou encore de réconciliations intragroupes dans le cadre de production d’états financiers consolidés.

J’ai choisi de partir pour New-York pour des raisons personnelles et parce qu’une opportunité professionnelle inattendue s’est présentée à moi, me permettant de poursuivre mon stage d’expertise et d’acquérir de nouvelles compétences très recherchées et nécessaires pour l’exercice de la profession dans un cabinet ou un environnement international.

 

Quel niveau d’anglais avez-vous ? Appréhendez-vous de travailler dans un univers linguistique et culturel différent ?

 

Travailler dans un univers linguistique et culturel différent est plus un challenge et quelque chose d’”excitant” pour moi plutôt qu’une appréhension. En effet, comme je l’ai dit précédemment, j’adore voyager, découvrir de nouvelles cultures et rencontrer de nouvelles personnes.

J’ai par le passé déjà fait l’expérience de partir vivre et travailler dans un pays avec une culture différente du mien et ça s’est plutôt bien passé ; je n’ai donc pas d’inquiétude particulière à ce sujet.

Au niveau de la langue, j’ai plutôt un bon niveau d’anglais, du moins je peux m’exprimer aisément et je peux comprendre sans trop de difficulté un interlocuteur. Le facteur inconnu qui peut me déstabiliser serait peut-être l’accent de l’interlocuteur.

 

Comment s’est passé le contact avec le cabinet au sein duquel vous allez passer plusieurs mois ?

 

En ce qui concerne les démarches réalisées auprès de l’Ordre, j’ai envoyé un e-mail au service du stage pour les informer de mon départ et j’ai eu un retour assez rapide sur m’indiquant la démarche à suivre à savoir : prévenir le service du stage des dates de fin de mon contrat actuel, communiquer la date souhaitée de début du stage (et non du contrat de travail dans le nouvel emploi). Ils m’ont aussi indiqué les modalités à effectuer :

• Auprès de l’actuel maître de stage : signature attestation de travail et fiche de travaux annuels ;

• Auprès du nouveau maître de stage : rien n’est encore effectué tant que je n’ai pas mon visa de travail.

L’équipe du service du stage est vraiment très accessible et les permanentes très gentilles donc je pense qu’il ne faut pas avoir peur de les solliciter.

Malgré cela, certaines questions pratiques restent encore obscures pour moi : déroulement des formations obligatoires, organisation des sessions de rattrapage, suspension du stage ou pas.

D’un point de vue pratique, mon futur employeur s’occupe de toute la partie administrative : visa et permis de travail.

En ce qui concerne mon emménagement à NYC, j’ai la chance de bien connaître la ville et surtout d’avoir déjà un pied à terre à Manhattan donc j’arriverai juste avec mes valises pour débuter cette nouvelle aventure, sans me préoccuper de tous les mauvais côté d’un déménagement : trouver un appartement, s’accommoder aux Etats-Unis et toute la paperasse administrative, etc.

 

Que pensez-vous que vous apportera cette expérience ?

 

L’avenir nous le dira mais à première vue je dirais que vivre et travailler à New-York sera certainement une expérience très enrichissante tant sur le plan humain que professionnel.

 

Ce que dit l’arrêté du 3 mai 2012 portant agrément du règlement intérieur de l’ordre des experts-comptables

Les candidats effectuant leur stage dans les collectivités d’outre-mer ou en Nouvelle-Calédonie ainsi que ceux effectuant tout ou partie de leur stage hors Union européenne adressent leur demande d’inscription en stage au conseil régional de l’ordre de Paris Ile-de-France “ (Article 507)

“Les mêmes obligations de formation s’imposent :

• aux stagiaires effectuant leur stage dans un autre Etat membre de l’Union européenne ;

• aux stagiaires effectuant totalement ou partiellement leur stage dans une collectivité d’outre-mer ou en Nouvelle-Calédonie ou hors Union européenne ;

• aux stagiaires francophones effectuant leur stage dans leur pays d’origine

Le comité national du stage fixe les conditions dans lesquelles ces stagiaires s’acquittent de leurs obligations de formation en coordination avec les contrôleurs de stage concernés. “ (Article 545)

“Dans le cas de l’année dérogatoire prévue à l’article 70 du décret n° 2012-432 du 30 mars 2012 relatif à l’exercice de l’activité d’expertise comptable, le stage est accompli, en France ou hors de France, auprès d’une personne permettant au stagiaire d’acquérir une expérience pratique se rapportant à l’exercice de l’expertise comptable. Cette personne peut être indifféremment :

a. Un expert-comptable ou un commissaire aux comptes sous réserve qu’aucun lien extérieur d’ordre personnel, professionnel ou financier n’entrave son indépendance telle que définie par les codes de déontologie des deux professions ;

b. Un professionnel exerçant localement une profession comparable à celle d’expert-comptable ou de commissaire aux comptes.

c. Une personne exerçant des fonctions de direction ou de contrôle au sein d’un service juridique, comptable, financier, de gestion et ayant un lien hiérarchique direct avec le stagiaire. Le conseil régional de l’ordre s’assure que cette personne offre des garanties suffisantes quant à la formation du stagiaire.” (Article 550)