Pourquoi participer à la mobilisation #JeSoutiensMonCAC by ANECS & CJEC du 7 avril ? | ANECS

Pourquoi participer à la mobilisation #JeSoutiensMonCAC by ANECS & CJEC du 7 avril ?

Le rapport IGF a lancé un pavé dans la mare. Oui le CAC d’aujourd’hui ne sera pas le CAC de demain tout comme l’expertise comptable d’aujourd’hui ne sera pas l’expertise de demain. Ce n’est pas pour autant qu’il faille être pessimiste. L’ensemble de la profession a des atouts qui lui ont permis et lui permettront toujours de s’adapter.

La journée de mobilisation du 7 avril sera l’occasion pour l’ensemble des jeunes professionnels de pouvoir s’exprimer sur l’avenir du diplôme, de l’attractivité, sur les nouvelles offres de missions et les conséquences sur la filière comptable.

Des groupes de travail avec des membres régionaux ANECS et CJEC, ont été mis en place en amont de cette mobilisation. L’objectif est d’adapter des idées novatrices sur ces axes.

Je voudrais évoquer deux points capitaux :

  1. L’avenir de notre diplôme d’expertise comptable. Les stagiaires auront-ils la double casquette expertise et commissariat ? Actuellement, il n’est pas évident d’accomplir les obligations d’heures de commissariat aux comptes. Qu’en sera-t-il demain ?  Pourtant cette double vision / compétence était une force pour l’ensemble des stagiaires.

  2. Le contenu de la formation. Il doit être réorienté d’avantages vers le numérique et les sciences comportementales : communication, marketing et management. Pour pouvoir valoriser les missions et rendre les cabinets attractifs, il nous faut maîtriser ces éléments.

 

Dans un deuxième temps, l’accompagnement du maître de stage doit être renforcé. Avoir un maître de stage pour signer des fiches de temps et nos rapports a une utilité limitée. Malheureusement, ça existe encore trop.  Je l’ai rappelé à plusieurs reprises, les maîtres de stage sont les garants de la formation des futurs stagiaires et par voie de conséquence de l’avenir de notre profession.

Nombre d’interventions, articles, tribunes parlent de conseil, de numérique voire d’intelligence artificielle mais si nous souhaitons être une profession acteur dans ces domaines, cela passe par notre formation et le contenu de notre stage. Le rôle du maître de stage et notre statut au sein des cabinets sont deux éléments cruciaux.  Aujourd’hui encore trop de stagiaires ne font que de la production, alors qu’ils pourraient être acteurs dans le développement du numérique et de nouvelles missions.

Si nous voulons être écouté et voir les choses avancer, il faut qu’on soit le plus nombreux possible le samedi 7 avril.

Venez entendre les propositions de l’ANECS et du CJEC pour l’audit de demain, en présence de Jean BOUQUOT, Président de la CNCC et de nombreux élus de la profession. Venez en débattre et voter de manière interactive. Montrons que nous aimons notre métier et la relation privilégiée que nous avons avec l’ensemble acteurs économiques. Ce rassemblement sera conclu par un événement marquant afin de médiatiser notre mobilisation.

Rapprochez-vous des élus ANECS et CJEC dans vos régions qui organisent des transports. Nous vous attendons donc nombreux pour que notre message soit entendu.

 

Yannick LE NOAN
Président ANECS