Conseils pour réussir la soutenance de son mémoire | ANECS

Conseils pour réussir la soutenance de son mémoire

Chaque année, certains candidats obtiennent une note à la soutenance de leur mémoire qui fait rêver. Données Partagées a tenté de percer le secret de leur réussite et vous fait profiter des conseils de Pierre BALZEAU qui a obtenu 16 en traitant de « La mission particulière du CAC relative à l’aide juridique dans les CARPA : mise en place d’un guide de travail ».

 

Données Partagées / Question 1 : Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Mon parcours est relativement « classique ». Après l’obtention d’un master CCA au sein de l’IAE de Poitiers, j’ai rapidement présenté les épreuves nécessaires à l’obtention du DSCG. Une fois cette étape essentielle franchie, j’ai débuté mon stage d’expertise comptable au sein du cabinet STECO. Il était pour moi primordial d’effectuer mon stage dans un cabinet me permettant une approche complète et globale de notre profession à la fois sur des missions d’expertise comptable et de commissariat aux comptes. Je souhaitais pouvoir approcher au mieux la diversité technique et intellectuelle que nous offre au quotidien cette profession. J’ai ainsi évolué progressivement au sein de ce cabinet qui a su me faire confiance, et qui m’offre aujourd’hui des opportunités professionnelles intéressantes et motivantes.

 

DP / Q2 : Qu’est-ce qui vous a amené à choisir ce sujet de mémoire ?

J’ai toujours eu un intérêt pour le droit et le fonctionnement du système judiciaire. La réflexion initiale sur le sujet de mon mémoire a été assez longue. Avant même d’examiner des dossiers, des situations professionnelles, des cas techniques… j’ai orienté mes recherches vers des domaines qui m’intéressent. Le choix du sujet étant absolument libre, je n’envisageai pas de travailler autant de temps sur un sujet duquel je n’aurais retiré aucune satisfaction personnelle. Ce principe établi, le thème s’est finalement imposé à moi comme une évidence. Il correspondait à la fois à un intérêt personnel mais également à un besoin professionnel au sein de mon cabinet. Etant entièrement novice sur le sujet, j’ai dû effectuer un important travail documentaire préalable. Celui-ci m’a permis de me rendre compte du manque d’outils à disposition des professionnels en charge de la mission particulière du CAC relative à l’aide juridique dans les CARPA.

 

DP / Q3 : Comment vous êtes-vous organisé ? Quelle a été votre méthode de travail ? Votre planning ?

Avant de réfléchir à une organisation spécifique, j’ai constitué une base documentaire complète sur le sujet. Et le plus important : j’ai pris contact avec différents professionnels pour compléter ma bibliographie et mes recherches. Ce sont ces différents entretiens qui m’ont permis de créer une réelle plus-value dans l’approche et dans la construction de mon mémoire.

Préalablement à la rédaction du mémoire, je me suis constitué un plan le plus détaillé possible à l’aide de l’ensemble de ma bibliographie. Je conseille sur ce point d’utiliser des classeurs triés par parties via des intercalaires et d’y intégrer l’ensemble des éléments nécessaires à la rédaction. La partie la plus chronophage fut cette préparation et la constitution de l’ensemble des annexes et des outils du mémoire.

L’élaboration d’un planning a également été un élément déterminant. J’ai programmé l’ensemble des étapes sur une période d’un an. Ce système m’a permis à la fois de ne pas m’égarer dans l’élaboration du mémoire mais également de garder du temps pour mes loisirs et ma vie personnelle.

 

DP / Q4 : Quels outils avez-vous utilisé ? Avez-vous des trucs et astuces pratiques ?

Pour améliorer mon organisation et la planification des tâches nécessaires à l’élaboration de mon mémoire, j’ai suivi quelques réunion d’information et préparations au DEC organisées par l’ ANECS. Celles-ci m’ont permis de bien appréhender notamment les attentes du jury. J’ai également eu recours au « Coaching Mémoire » mis en place au sein de ma région ordinale en partenariat avec l’ANECS. Ce programme permet d’avoir un coach qui nous suit sur le respect des échéances qu’on s’est fixées et qui relira orthographe, grammaire et syntaxe pour garantir la clarté de nos propos.

Enfin, en complémentent du « Coaching Mémoire », j’ai constitué parmi mes connaissances un « comité de relecture » dont certains ont analysé essentiellement le contenu et d’autres la forme. Ce sont tous ces échanges qui permettent d’améliorer solidement le contenu du mémoire.

En aucun cas le travail d’élaboration du mémoire ne doit être un exercice solitaire.

 

DP / Q5 : Quels ont été les apports de l’ANECS ?

L’ANECS, au-delà des outils qu’elle propose, m’a surtout permis d’échanger tout au long de la préparation et de la rédaction avec d’autres mémorialistes. Il y a des moments où le doute s’installe sur le thème, le contenu… Les échanges que j’ai pu avoir au sein de l’ANECS m’ont permis de conserver un esprit positif pour achever la rédaction.

 

DP / Q6 : Maintenant que vous êtes diplômé et que vous maîtrisez parfaitement le sujet que vous avez traité, comment envisagez-vous d’utiliser cette « spécialisation » ? Pensez-vous qu’elle vous sera utile dans votre exercice futur ou, a contrario, qu’il s’agit d’une recherche enrichissante intellectuellement mais difficilement exploitable ?

Le sujet de mon mémoire permet une utilisation future limitée. Il est utile dans mon exercice professionnel actuel mais son champ d’application est très restreint.

Cependant, le travail effectué constitue un réel enrichissement personnel permettant un apport à notre profession. Cet apport n’aurait pas pu être obtenu autrement que dans le cadre de la rédaction d’un mémoire d’expertise comptable.

 

DP / Q7 : Pour terminer, quels conseils donneriez-vous aux mémorialistes de la prochaine session ?

Si je dois donner les conseils qui me semblent les plus utiles et importants, je dirais :

-       Ne restez pas isolé, rencontrez différents sachants du domaine que vous traitez, échangez sur vos travaux… Votre mémoire n’est pas une réflexion uniquement personnelle. Il sera enrichi de l’ensemble de vos rencontres avec les professionnels et spécialistes du domaine que vous allez traiter. De plus, il va se nourrir des différents conseils qui vous serons donnés. Ce sont l’ensemble de ces échanges qui vont constituer la plus-value de votre mémoire. Les apports de chacun seront un gain pour vous dans l’élaboration de votre mémoire ;

-       Fixez-vous un planning ambitieux mais réalisable. Il est essentiel de se garder du temps pour soi ;

-       Et ayez le réflexe ANECS !