Le mot du président | ANECS

Le mot du président

DECOSTER Adrien
Adrien DECOSTER Président L'ANECS president@anecs.org

Être agile pour s’adapter en temps réel

Dès l’annonce du confinement, le plus dur a sans doute été l’isolement. En effet, nous avons l’habitude d’échanger entre équipes tous les matins et de nous retrouver autour d’un café. Cela nous permet notamment de créer du lien et de discuter de sujets d’actualité. La période fiscale nous impose également de nombreux déplacements chez nos clients, ce qui n’est plus possible. L’humain, au cœur de notre métier, doit rester la priorité du professionnel du chiffre. Aussi bon soit-il, le praticien à probablement développer ou renforcer une compétence : la gestion de crise. Malgré la distanciation imposée, nous devons communiquer davantage pour ne pas rompre le dialogue social.

Le cabinet a su s’accommoder très vite des contraintes techniques. La plupart des dossiers sont dématérialisés, ce qui facilite l’adaptation. Cette période nous a obligé à appeler davantage nos clients et nos collègues pour préserver le lien existant. Cette crise est une réelle opportunité pour les cabinets d’expertise comptable. Nous attendions depuis longtemps la généralisation du télétravail. Certains professionnels étaient contre, pensant que chez nous, nous ne travaillons pas.  De par l’implication des équipes, ce mythe est enfin tombé ! Tout le monde arrive à concilier vie professionnelle et personnelle. Toutefois, des règles sont nécessaires pour que le télétravail fonctionne correctement, en imposant des réunions et des horaires adaptés.

Bien qu’une période de crise soit souvent révélatrice de talents, quelques difficultés sont à relever. La gestion des individualités, a fortiori des clients m’a surpris. En effet, certains ne comprennent pas que nous faisons front sur tous nos dossiers, qu’avec les évolutions perpétuelles des mesures du gouvernement, nous devons jongler entre accompagnement quotidien, veille réglementaire et production. Certains dirigeants exprimaient une détresse psychologique durant le confinement, ce qui nous a obligés à redoubler d’attention auprès d’eux.  Le management à distance des équipes s’est révélé assez difficile, la communication permanente fut privilégiée pour pallier la distance. Il n’y a rien de pire à mon sens qu’un manque de communication.

Souvent comparés aux « médecins généralistes » des entreprises, la vision de notre métier a évolué durant le COVID-19. Toutefois, nous devons rester humbles, nous ne sommes pas en première ligne de cette pandémie mondiale, qui rappelons-le, a tué des milliers de personnes. Néanmoins, soyons fiers d’avoir accompagné nos clients. En effet, nous sommes mobilisés depuis mi-mars, afin de préserver les emplois, la survie de certaines entreprises, nonobstant l’arrêté des comptes annuels 2019. Grâce à cette mobilisation générale de la profession, nous sommes passés du statut de « comptable » à expert-comptable. Restons au chevet des dirigeants, notre mission ne prendra pas fin après le confinement.

De nature optimiste, je suis néanmoins plus mesuré quant à l’avenir de certains de nos clients. En effet, force est de constater que pour certains d’entre eux, malgré la mobilisation de tous les collaborateurs du cabinet, l’avenir semble compromis. Les entreprises qui ont su s’adapter durant le confinement, pourront une nouvelle fois s’accommoder aux mutations économiques futures. Je suis plus inquiet pour les entreprises des secteurs de la restauration et du bâtiment. Malgré la détermination des dirigeants et des mesures gouvernementales prises, il est utopique de croire qu’aucune ne va déposer le bilan. Je redoute une inflation très forte post-confinement, qui va tous nous impacter si aucune mesure n’est actée par le gouvernement.

Adrien DECOSTER
Président de l'ANECS