Pourquoi ne pas compléter son DEC par un diplôme international : l’ACCA ? | ANECS

Pourquoi ne pas compléter son DEC par un diplôme international : l’ACCA ?

Etienne Magdinier, Président de la commission internationale de l’ANECS, partage sa vision de la profession comptable. Diplômé du DSCG en 2014, il débute sa carrière dans un cabinet en France, puis s’exporte au Royaume-Uni en 2016 où il passe deux ans à Birmingham dans un cabinet à taille humaine. En 2018, il s’installe à Londres et poursuit sa carrière dans un Big 4 où il s’inscrit à l’ACCA (Association of Chartered Certified Accountants).

 

Avec l’avancée du digital, de la mondialisation mais aussi de l’intelligence artificielle, les entreprises n’ont désormais plus de frontières. Nombreuses sont celles ayant des relations avec l’international, des filiales ou holdings à l’étranger ou ayant un organigramme complexe avec des participations financières partout dans le monde. Ces raisons non exhaustives induisent une profonde mutation pour la profession du chiffre et les cabinets d’expertise comptable “traditionnels” doivent prendre un virage stratégique afin de s’adapter à ce nouvel environnement.

 

Cette évolution, à la fois rapide violente et inéluctable, dans laquelle nous sommes propulsés est aussi porteuse d’espoir car de nouvelles opportunités s’offrent à nous, la jeunesse de la profession comptable et de l’audit. La nouvelle génération cherche à se sentir suffisamment armée pour comprendre les nouveaux codes imposés par la mondialisation. Compléter ses études par une expérience à l’étranger et valider un diplôme international est un atout majeur pour propulser sa carrière et répondre aux nouveaux enjeux et défis de demain. C’est pour ces raisons que je suis amené à vous parler de l’ACCA, un diplôme international qui, au même titre que le DEC, donne accès à la profession d’expert-comptable.

L’accès à la profession au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, il existe différents diplômes et différentes instances qui permettent l’accès et régissent les métiers de l’expertise comptable et de l’audit. Les deux principaux diplômes sont :

»» L’ACCA qualification (ou “ACCA”), délivré par le ACCA (Association of Chartered Certified Accountants) ;

»» L’ACA (Associate of Chartered Accountants) délivré par le ICAEW (Institute of Chartered Accountants of England and Wales).

L’ACCA a une dimension plus internationale que l’ACA, qui est très reconnu en Angleterre mais moins à l’international.

Focus sur l’ACCA

Ce diplôme, très reconnu au Royaume-Uni, l’est aussi dans tous les pays du Commonwealth comme l’Afrique du Sud, l’Australie, le Canada, l’Inde, la Malaisie, Singapour, la Nouvelle-Zélande…

L’avantage de l’ACCA est de permettre d’exercer la profession sur les cinq continents car il a la réputation mondiale d’être un diplôme d’excellence dans le domaine de la comptabilité et de la finance. Il y a plus de 219 000 membres titulaires de l’ACCA dans le monde qui exercent la profession dans plus de 179 pays.

A contrario, il n’y a que 20 000 experts-comptables issus du DEC français, et leur proportion d’exercice à l’étranger reste marginale.

L’ACCA dispose aussi de plus de 500 salles d’examens dans 148 pays (dont la France), il est donc très facile de passer les épreuves du diplôme quelque-soit le pays où vous habitez.

L’ACCA se décompose en :

»» 13 épreuves écrites (ACCA Exams) : Elles se décomposent en 9 épreuves fondamentales (3 en “Applied Knowledge” et 6 en “Applied Skills”) et 4 épreuves professionnelles (“Strategic

Professional”, dont 2 obligatoires et 2 au choix parmi 4). Ces épreuves se passent généralement en cinq ans et délivrent un grade de master. La réussite de ces épreuves nécessite une note supérieure à 50 %. Ces examens sont difficiles et demandent un réel investissement surtout pour les quatre épreuves professionnelles qui ont un taux de réussite aux alentours de 30 %. Le DCG ou le DSCG donnent droit à une équivalence pour les 9 épreuves fondamentales. Les titulaires de ces diplômes n’auront donc à passer que les 4 épreuves professionnelles pour valider l’ACCA ainsi que les trois ans d’exercice professionnel supervisé et les modules d’éthiques décrits ci-dessous. Il y a 4 sessions d’examen par an pour passer les épreuves écrites (mars, juin, septembre et décembre). Les étudiants reçoivent le résultat de leur examen 5 semaines après avoir passé la matière. Il est donc possible dans le cas où l’on échoue à une matière de repasser la matière 3 mois plus tard sur la session suivante.

»» 3 ans d’exercice professionnel supervisé (PER : Practical Experience Requirement) dans un rôle pertinent et permettant de démontrer que vous avez acquis des compétences professionnelles en atteignant 9 objectifs de performance qui doivent être validés par votre superviseur (5 objectifs essentiels et 4 objectifs techniques parmi 17). La grande différence avec le DEC est que toute expérience professionnelle pertinente peut être prise en compte, y compris celle acquise avant de commencer le cursus ACCA. Concernant le DEC, l’expérience de trois ans n’est calculée qu’à partir de l’inscription en stage.

Professionnels expérimentés, faîtes jouer vos expériences antérieures ! Dès que vous avez ciblé les objectifs que vous souhaitez atteindre, vous pouvez alors enregistrer votre évolution en ligne. Pour compléter chaque objectif de performance, vous devez écrire un essai démontrant que vous avez atteint l’objectif en question et décrire la liste des tâches en lien avec l’objectif atteint puis soumettre vos objectifs de performance à votre superviseur pour signature. Afin que votre objectif de performance soit validé, votre superviseur doit être un professionnel membre d’un organisme reconnu par l’IFAC (International Federation of Accountants) dans votre pays d’exercice et doit superviser de près votre travail.

»» Le module “Ethique et compétences professionnelles” (EPSM : Ethics and Professional Skills Module) : ce sont des e-learnings qui testent les étudiants sur les bonnes décisions à prendre, les comportements à adopter, et les bonnes pratiques professionnelles à appliquer dans différents scénarios réels du monde des affaires. Le but de ce module est d’augmenter l’employabilité des candidats en en leur enseignant différentes facultés comme la fibre commerciale, le travail d’équipe, le leadership, la communication, le jugement éthique et le développement personnel.

 

Conseils du DEC’xpat

L’ACCA offre beaucoup de flexibilité, vous pouvez choisir d’étudier à plein temps ou en exerçant en même temps une activité professionnelle. Vous pouvez choisir la fréquence de passage de vos examens ainsi que le nombre d’examens que vous voulez passer par session.

Si vous souhaitez développer votre carrière, l’ACCA sera pour vous un réel accélérateur. Tout comme le DEC en milieu francophone, l’ACCA est très recherché des employeurs anglosaxons du monde entier.

 

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter la commission internationale de l’ANECS international@anecs.org.

N’hésitez pas aussi à rejoindre notre groupe Facebook “Adopte un DEC'xpat”, où vous pourrez échanger sur vos projets d’expatriation !