La préparation des épreuves du DEC à l’étranger | ANECS

La préparation des épreuves du DEC à l’étranger

 

Au travers de ce récit autobiographique, je souhaite mettre en lumière les défis qui attendent le candidat du DEC basé à l’étranger, et proposer des solutions pour rendre cela possible et exempt de toute angoisse.

Août 2019, Hong Kong – Réflexion sur le sujet de mon mémoire

 “Hong Kong en flammes” : la Une du journal local fait pâlir le jeune expatrié que je suis. La péninsule se révolte depuis juin contre le gouvernement chinois. Les manifestants bloquent les routes, la bibliothèque est fermée, le télétravail est recommandé.

Organiser une rencontre avec un professionnel, dans le cadre du mémoire, est un parcours du combattant. De plus, le sujet de mon mémoire “Accompagnement des filiales françaises à Hong Kong” semble périr à petit feu. Malgré cela, je garde mon sujet et revois mon argumentaire : je passe de la “recherche d’opportunités” à la “gestion des risques”.

 

Conseils :

»» Ne pas laisser un événement systémique (grève, pandémie, guerre…) faire obstacle à votre mémoire de DEC. Cependant, lors de la rédaction et de la présentation orale, évoquez les difficultés rencontrées et mettez en valeur votre détermination !

»» Lorsque vous choisissez un sujet à caractère international, celui-ci est davantage mouvant : c’est une richesse à exploiter, pas une contrainte à contourner !

 

Novembre 2019, Paris – Remise de la notice

Après un mois passé en Amérique latine (Brésil, Chili puis Mexique) pour le travail, à écrire mon brouillon de notice assis sur ma valise à l’aéroport, je me sens bien seul ! Retrouver le contact humain avec des professionnels (experts-comptables, professeurs, entrepreneurs) me redonne de l’énergie.

J’en profite pour rencontrer un coach mémoire qui accepte de se plier en quatre pour s’adapter à mes contraintes personnelles (réunions en visio uniquement, décalage horaire, sujet atypique, etc.).

Je me rapproche aussi de mes compères de l’ANECS, et noue des relations d’amitié qui me sauveront plus tard de quelques embarras liés à l’éloignement (lisez la suite).

 

Conseils :

»» Rentabilisez tout séjour en France pour rencontrer les professionnels, vos futurs confrères diplômés ou non, et récolter toute la documentation papier qui vous intéresse. Faites-y vos recherches web aussi, car en fonction des pays un moteur de recherche web propose des résultats différents (pour celles et ceux non familiers avec les VPN).

»» Optez pour un coach car il / elle joue le rôle du garde-fou.
En effet, a fortiori lorsque vous êtes loin des contrées françaises, votre mode de pensée diffère de celui du jury, et c’est bien normal ! Le but du jeu est de placer le curseur entre votre originalité débordante et l’approche rationnelle de vos examinateurs. L’ANECS propose le “coaching mémoire”, vous permettant d’être suivi(e) par un expert-comptable retraité à un tarif ultra avantageux. Renseignez-vous auprès de votre section régionale.

 

Févier 2020, Cebu (Philippines) – Rédaction et envoi du mémoire

Qu’importe l’endroit (aussi paradisiaque soit-il) où l’on se trouve, la rédaction du mémoire s’impose comme un moment difficile.

Pour moi, elle se fit sur l’archipel des Philippines, où la connexion internet est parfois instable, où l’imprimeur du coin agrafe deux pages recto pour vous vendre une couverture recto-verso (rires), où les acheminements de colis (réception des mémentos, envois du mémoire sur clé USB considérée comme “engin explosif”) réservent parfois des surprises et où les bureaux se transforment à 19 h en salle de karaoké ou de diffusion d’un film en salle de réunion (un compte Netflix pour 140 personnes).

Trouver du sérieux dans un tel folklore relève de la psychologie inversée. Heureusement, à 11 000 km de là, j’étais soutenu et notamment par mes collègues ANECSiens qui ont pu parfois, depuis la France, pallier les difficultés techniques que je rencontrais sur place. 

Conseils :

»» Vous souhaitez / devez vous exiler pour rédiger votre mémoire : vérifiez que vous pourrez disposer des rudiments du travailleur nomade, afin de vous assurer le confort nécessaire lors de votre rédaction.

»» Si vous êtes hors Europe, je suggère de faire imprimer et poster votre mémoire en France : vous paierez certes plus cher, mais aurez une impression en format A4, avec un papier de bonne qualité et un risque d’erreur minimal, sans souci d’envoi postal.

 

Avril 2020, La Réunion – Préparation des écrits malgré la COVID-19 !

De l’Asie-Pacifique, j’ai bénéficié de vols de rapatriements sanitaire jusqu’à mon domicile familial, à La Réunion. A ce stade, mon mémoire est envoyé et je plonge tête baissée dans la préparation des écrits, lorsque j’apprends le report de la session de mai 2020 à novembre. Dans un sens, tant mieux ! Des aînés acceptent de relire mon mémoire et de m’aider à préparer mon oral (immense merci à Alexandre Catta , Philippe Arraou et tant d’autres).

En parallèle, je participe notamment au comité Missions internationales du Conseil supérieur de l’ordre et engage des actions en tant que vice-président de la Commission internationale de l’ANECS. Notre équipe a fait un superbe travail, voir encadré en fin d’article.

 

Conseils :

»» Votre mémoire est envoyé mais ce n’est pas une raison pour le laisser fermé. Si vous y trouver des coquilles, corrigez-les et générez une V2. Il sera ainsi prêt à être diffusé une fois les résultats obtenus et vous pourrez vous appuyer dessus pour forger votre réseau international.

»» Pour rompre la solitude et préparer efficacement vos épreuves, l’ANECS Ile-de-France invite ses adhérents de l’étranger à les rejoindre dans les groupes de travail DEC’possible qu’elle organise.

Consultez le site de l’ANECS pour plus d’informations !

 

Novembre 2020, Poitiers – Derniers préparatifs et présentation des épreuves

Poitiers… Moi qui aime découvrir des contrées lointaines, je ne m’attendais pas à me retrouver posté dans cette ville. Mais notre directeur financier France a subitement disparu de la circulation : il fallait le remplacer. Pour en revenir au DEC, ma documentation est là (classeurs, ouvrages, mémentos) et je ne subis plus les contraintes de l’expatrié. Toutefois, je sais que le DEC’xpat (c’est comme ça que l’on surnomme les candidats du DEC étrangers ou expatriés) doit préparer son arrivée à Paris au mieux (avion, hôtel, etc.) et considérer les particularités de ce voyage (20 kg de bagages pour la documentation, costume ou tailleur bien rangé, billet flexible, et j’en passe).

Conseils :

»» Pour les candidats étrangers qui peuvent se le permettre, je suggère d’arriver en France deux à trois semaines avant l’examen, en congés, et de les consacrer à la préparation des écrits (location des mémentos, entraînement aux annales, planification de vos trajets jusqu’à Arcueil) et de la soutenance (rendez-vous physique avec votre coach, impression de votre support additionnel, rencontre de professionnels, rendez-vous chez le coiffeur ou teinturier pour les plus coquets).

»» Lorsque vous rédigez un mémoire international, le jury attend que vous lisiez le journal, car ils testeront votre aptitude à projeter votre sujet dans l’actualité. Le matin de l’examen (!), consacrez 45 min à parcourir la presse française parlant du pays dont traite votre sujet ainsi que de la presse locale. Ainsi, vous aurez un avantage sur l’échange d’idées.

 

Le DEC est passé, et après ?

Sortis de la Maison des Examens, les hommes se décravatent et les femmes défont leur chignon impeccable, j’en ai même vu un jeter sa plaquette format A3 dans la poubelle du coin : j’ai suivi le mouvement. L’attente des résultats n’est pas une phase de statu quo : c’est encore une opportunité de développer son réseau et préparer ses projets professionnels.

 

Conseils :

»» Vous êtes à Paris, c’est le moment de démarcher vos futurs clients, de lier contact avec vos futurs confrères ou de rechercher un nouveau poste à l’étranger (en visitant les sièges sociaux de groupes français, par exemple) !

»»Mais surtout, et c’est le conseil le plus important à mes yeux, passez du temps avec celles et ceux qui vont ont soutenu et que vous aimez, car ils ont tout fait pour que vous conserviez l’étincelle dans vos yeux, celle qui vous a fait partir et qui vous rend fier de ce que vous avez accompli, contre vents et marées, que vous soyez en France ou à l’étranger.

 Alors, n’hésitez plus. Après tout, qui a-t-il de si étrange à partir à l’étranger ? 

La Commission internationale de l’ANECS a été créé en 2018 pour répondre aux questions des stagiaires DEC à l’étranger ou en désir de s’expatrier.

Notre leitmotiv “Représenter, aider et informer” nous a poussés à développer cette année :

»» Les pages LinkedIn et Facebook de la Commission, afin de relayer l’information sur nos travaux et sur l’actualité

»» Le groupe Facebook AdopteunDECxpat, pour permettre à la communauté adepte ou curieuse des sujets internationaux de parler recrutement à l’étranger, expatriation, reconnaissance des diplômes, etc.

Pour en savoir plus sur la commission et ses actions, visitez http://anecs.anecs-cjec.org/L-ANECS/Commissioninternationale-de-l-ANECS

Benjamin WEIN, diplômé d'expertise comptable à la session de novembre 2020